#1 2014-12-23 16:38:10

mcshan
Colonel

Les généraux confédérés savaient fêter Noël!

Voici un billet que j'avais posté sur le site du CCFF où il est question des réveillons de Noël de certains généraux confédérés. Imaginez, R.E. Lee, JEB Stuart et Stonewall Jackson assis à la même table. 

Bonne lecture!

Dernière modification par mcshan (2014-12-23 16:40:12)

Hors ligne

#2 2014-12-23 16:41:08

mcshan
Colonel

Re : Les généraux confédérés savaient fêter Noël!

Souper de la Veille de Noël de Jeb Stuart
Après la bataille de Fredericksburg [11-15 décembre 1862], Jeb Stuart avait établi son quartier-général dans une sapinière à 5 miles de la ville longeant Telegraph Road.

La Veille de Noël, Stuart fut l'hôte d'un souper dans sa tente pour les officiers de cavalerie. Au menu, il y avait de la dinde, du jambon, du poulet, des patates sucrées, des oeufs et du apple brandy. Le festin aurait été plus somptueux si des voleurs n'avaient pas volé des dindes. À l'époque, on avait présumé que c'était des membres de la Brigade du Texas qui avaient fait le coup. Des gardes ont d'ailleurs surveillé la volaille jusqu'au souper.


Ouvrage consulté :
Jeffry D. Wert, Cavalryman of the Lost Cause: A Biography of J. E. B. Stuart, Simon & Schuster, 2008, p. 30.

Dernière modification par mcshan (2014-12-23 16:44:37)

Hors ligne

#3 2014-12-23 16:44:02

mcshan
Colonel

Re : Les généraux confédérés savaient fêter Noël!

Jeb Stuart n'avait pas fini de digérer le repas de la veille qu'un souper de Noël l'attendait chez nul autre que Stonewall Jackson! À cette occasion, Jackson avait invité plusieurs officiers : Jeb Stuart, Robert E. Lee, William N. Pendleton et plusieurs autres officiers du staff. En tout, il y avait une douzaine d'officiers.

Jackson occupait un spacieux bureau de trois pièces sur le domaine des Corbin à Moss Neck. Quand Lee avait vu le bureau bien aménagé, il l'avait taquiné en lui disant qu'il devrait aller dans les quartiers généraux de l'armée « pour voir comment un soldat devait vivre »!

christmas-with-ja...d-stuart-23cc221.jpg

Comme le montre cette peinture, Jeb Stuart prenait un grand plaisir à taquiner le sobre et très moral général Jackson.  Stuart avait remarqué les peintures de chevaux purs sang et de boeufs de compétition. Il fit semblant d'être surpris des goûts artistiques de Jackson! Il s'amusait aussi à rire du tablier blanc porté par le serviteur et à « réprimander » Jackson pour sa bouteille de vin! Le sourire timide de Jackson cachait difficilement son inconfort après que Stuart lui ait dit que le coq sur le beurrier devait être son blason! Mais ce n'était pas fait méchamment. C'était de l'humour car il admirait énormément Jackson. Il paraît même que Jeb Stuart était le seul homme de l'AVN qui pouvait le faire sourire ou rire.

Kenry Kyd Douglas, l'aide-de-camp de Jackson, avait raconté cet événement dans ses mémoires :
« Le jour de Noël avait été une belle journée chaude… En cette journée de Noël, j’avais fait part de mes souhaits pour l’occasion au général Jackson. Il m’avait demandé une fois de plus de rester pour le souper même s’il m’avait déjà invité. J’avais hâte, tout comme [James Power] Smith, l’aide-de-camp qui prêtait une attention spéciale à ce souper. (...) [Les] invités, les généraux Lee, Stuart, Pendleton et d’autres, étaient attendus. Ils sont venus, et comme il a été dit, ce fut un souper enjoué pour le général. Le général Lee s'était rallié à son bon goût d'avoir un serviteur qui faisait le service avec un tablier blanc.  Et quand Jeb Stuart avait découvert sur le beurrier que madame Corbin lui avait envoyé un timbre illustrant un coq de combat, il avait été déçu de voir une telle indication de dégénération morale. »               

Lee et Stuart avaient beaucoup apprécié ce moment. La frivolité de ce souper des Fêtes a été de courte durée. Pour tous, la réalité de la guerre allait les rattraper rapidement. 


Ouvrages consultés :
Bernice-Marie Yates, The Perfect Gentleman: The Life and Letters of George Washington Custis Lee, États-Unis, Xulon Press, 2003, volume 1, p. 264

Henry Kyd Douglas, I rode with Stonewall, being chiefly the war experiences of the youngest member of Jackson’s staff from the John Brown raid to the hanging of Mrs. Surratt, Chapel Hill, The University of North Carolina press, 1940, pp. 208-209.

Jeffry D. Wert, Cavalryman of the Lost Cause: A Biography of J. E. B. Stuart, Simon & Schuster, 2008, pp. 31-32.

Hors ligne

#4 2014-12-23 17:15:31

mcshan
Colonel

Re : Les généraux confédérés savaient fêter Noël!

Pour ce qui est de rire, Stuart ne donnait pas sa place. C'était un homme qui aimait beaucoup s'amuser. smile

Hors ligne

#5 2014-12-24 18:11:16

thomas94
Général

Re : Les généraux confédérés savaient fêter Noël!

Très bon texte, bravo!


Je suis fan des Tuniques Bleues.

Hors ligne

Contact - Conditions d'utilisation - Protection de la vie privée - Les Tuniques Bleues Par Lambil-Cauvin et salvérius-© Dupuis,.