#1 2015-11-01 10:18:26

Fred
Administrateur

Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Maintenant que l'album est sorti, que les patients qui ne lisent pas Spirou ont pu aussi découvrir ce dernier opus, on va pouvoir en parler ! smile
Et tout commence par une bonne bataille ... qui n'est pas à l'avantage des bleus ...

9782800162720_pg.jpg

Hors ligne

#2 2015-11-13 23:39:15

la_mascotte
Lieutenant

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Pas trop de succès ce topic... Pour ma part je trouve l'album est progrès par rapport aux dernières parutions (j'avoue que j'ai beaucoup de mal avec les scénarii depuis que les TB sont dans la cinquantaine (à part les n° 50, 55 et donc 59...)). D'autres part si les dessins de paysages ou de batailles de Mr Lambil sont toujours remarquables, je suis de plus en plus déçus de la façon que sont dessinés les personnages habituels que je ne reconnais plus (surtout Blutch). Mais sinon bon album, très plaisant à lire.

Hors ligne

#3 2015-11-14 10:17:09

Fred
Administrateur

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Je me demandais quand quelqu'un allait lancer le débat quand au sujet de Blutch ?

J'y reviens.

Côté scénario, les rebondissements sont là. Je trouve que le personnage de Chesterfield dans son rôle de Pasteur aurait pu être poussé davantage.

Pour Blutch, je me suis posé la question. Il joue à merveille son rôle d' "abruti". Raoul a tapé juste.
Dès lors posons-nous (en tout cas je me la pose) la question : est-ce que le dessin de Blutch est raté ou alors son visage a été volontairement "déformé" par rapport à la situation et au scénario qui le fait apparaître comme un niais de premier ordre ?

Alors, à votre avis ?

Hors ligne

#4 2015-11-14 13:59:47

la_mascotte
Lieutenant

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

En fait ça fait plusieurs tome que je trouve Blutch raté. Comparez le Blutch de "La Prison de Robertsonville", celui de "La Rose de Bantry" et celui des derniers numéros, on dirait 3 personnages différents (et dans une moindre mesure c'est un peu le cas aussi pour Chesterfield qui est vif et vigoureux par exemple dans "Les Bleus dans la Gadoue" et qui est flasque et mou depuis quelques numéros). Attention mes critiques ne sont qu'un détail. J'admire les dessins de Lambil mais ca façon de dessiner les héros a un peu trop évolué à mon gout, c'est tout.

Hors ligne

#5 2015-11-15 10:48:08

Fred
Administrateur

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Je n'ai pas pré^té attention par rapport à l'évolution de Blutch. Mais pour en revenir à cet album (qui est le sujet), que pensez-vous alors de la tête de Blutch, par rapport à ce que j'e nai dit.

Hors ligne

#6 2015-11-15 21:07:44

Daigoro
Général

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Je suis partagé au sujet de ce numéro 59, Je trouve le sujet intéressent mais j'ai l'impression que la mise en place est très longue, Blutch et Chesterfield arrivent finalement très facilement à atteindre leur objectif.
Chesterfield ne se trouve jamais embarrassé par le rôle d'ecclésiastique qu'il c'est attribué, un enterrement vite expédié sans éveiller plus que ça les soupçons des sudistes, dans les conversations théologiques qu'il a avec le capitaine Pendleton il fait étonnamment bien illusion, à se demander si Pendleton est vraiment un pasteur vu le niveau (bas) de leurs échanges.
Le seul problème que nos héros rencontrent ce n'est même pas Cancrelat, c'est... (spoiler alert) ...  Blutch qui pète un plomb.
Finalement pas de panique tout ce règle très vite.


Pour le scenario je reste perplexe, pour le dessin je le trouve toujours aussi superbe mais il est vrai que j'ai remarqué un changement physique chez Chesterfield et surtout chez Blutch, c'était déjà comme ça dans l'album précédant.
Le visage de Blutch a vraiment changé et ce n'est pas dû au fait qu'il joue l' idiot (ce qu'il fait très bien), sa lèvre supérieure semble bien avoir été rabotée.

Dernière modification par Daigoro (2015-12-05 01:24:09)

Hors ligne

#7 2015-12-02 11:52:09

Bronco
Lieutenant

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Depuis plusieurs albums, chaque nouvelle aventure des tuniques bleues débute par la narration d’un fait ou d’un aspect historique de la guerre de Sécession (Miss Walker, le scorbut, les drogues, les 4 évangélistes…).

Déjà dans les plus anciens tomes de la série, les auteurs nous ont habitués à relater ci et là des faits historiques importants de cette guerre.

C’est évidemment très intéressant mais le souci, selon moi, est que contrairement aux plus anciens albums où les faits historiques racontés soutenaient et faisaient partie intégrante de l’intrigue, on a l’impression pour ces derniers albums que le fait historique relaté ne sert  qu’à planter le décor où vient se greffer ou se broder l’intrigue.

Par conséquent, pour ces derniers albums, le canevas est systématiquement respecté : Une grosse première partie d’album consiste à planter le décor en relatant et détaillant le fait historique et une deuxième partie d’album permet à l’intrigue propre à nos deux héros de se développer.

Mais le problème est qu’il reste alors  très peu de place à une intrigue palpitante et intéressante pour se développer ! Et même si l’aspect historique des albums est bien entendu intéressant, ce sont les intrigues et péripéties vécues par nos deux héros qui restent le plus important !

Pour ces 4 évangélistes, ce canevas est encore constaté. On a vraiment toute une première partie d’album où le fait historique s’installe, mais les péripéties vécues par les deux héros sont minimes. Comme l’écrit Daigoro ci-dessus : « Pas de panique, tout se règle très vite »…

En effet, la véritable intrigue autour des deux héros ne se développe guère et tout est réglé en deux coups de cuillère à pot.

Pour Blutch, je n’avais pas relevé qu’il soit méconnaissable et j’avais plus mis cela sur le fait qu’il joue l’idiot, mais c’est vrai que cela peut poser question. Mais j’aime toujours autant les dessins de Willy qui sont toujours détaillés.

Enfin je conclurai que j’ai quand même préféré ce nouvel album à « les bleus se mettent au vert » car l’histoire était bien plus intéressante et également aux tomes précédents, car même si Blutch et Chesterfield étaient grimés comme dans El Padre, on avait un peu moins l’impression de lire un remake d’un album précédent (Colorado Story = Quantrill, Indien mon frère = mixe de Baby Blue, bronco Benny et Les bleus en folie, Les bleus dans le brouillard = les bleus dans la gadoue, Miss Walker = dénouement de l'histoire identique à les 5 salopards etc…)

Hors ligne

#8 2015-12-02 15:33:28

Fred
Administrateur

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Merci Bronco pour cette analyse,

Je persiste, selon moi, le dessin du visage de Blutch correspond au personnage !

Hors ligne

#9 2015-12-05 00:10:22

salazar8
Général

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

J'aurai pas dit mieux bien joué pour cette analyse constructive et détaillée pour chaque argument avancée
Bravo Bronco


J'adore les tuniques bleues depuis tout petit

Hors ligne

#10 2015-12-12 13:44:12

thomas94
Général

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

J'ai acheté et lu le nouvel album la semaine dernière (avec le joli poster qui va avec), et je trouve également meilleur que les précédents, avec plus de surprises et une histoire assez drôle! Rien d'autre à ajouter; c'est un bon numéro! smile


Je suis fan des Tuniques Bleues.

Hors ligne

#11 2016-01-21 10:19:15

Brett Sinclair
Colonel

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Un album plaisant à lire, avec pas mal de rebondissements, mais, comme évoqué par d'autres membres, donc la mise en place est trop longue.
Le dénouement est du coup expédié un peu trop vite et sans grande originalité.

Le point vraiment original est de faire jouer à Blutch le rôle d'un idiot pendant presque tout l'album !
Concernant le dessin, d'ailleurs, je dirais que Blutch a effectivement évolué depuis quelques albums mais que ça a toujours été le cas tout au long de la série !
Comparez le Blutch des Déserteurs (n°5) avec celui de El Padre (n°17) ou celui des Hommes de paille (n°40) et vous verrez qu'il y a une évolution continue.

Le Blutch du dernier album ne me choque pas. D'autant plus que, lorsqu'il joue l'idiot, on voit bien que son visage est bien plus déformé que lorsque ce n'est pas le cas. wink

Hors ligne

#12 2016-02-05 11:54:26

fuf
Caporal

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Bonjour à tous.


J'ai souhaité relire l'album avant de poster ici.

L'avis d'un album est très subjectif et mon avis n'engage que moi.

C'est toujours une joie la sortie d'un tome des tuniques bleues. La famille, les amis même les collègues m'en parlent pendant une semaine car ils savent que je suis fan ! Et  là, quand je suis arrivé sur mon bureau et que j'ai vu cet album offert par mes collègues, la double déception du dernier tome et de n'avoir pas gagné un exemplaire du concours de Dupuis c'est vite envolé ( je rigole bien sûr) et c'est bien là le principal !

Je ne vais pas revenir sur mon avis général. tout a été dit. Album moyen, mise en place longue. Peu de rebondissement pour ma part. (ils arrivent vite a entrer au contact du révérend, Cornélius n'est pas vraiment mit en difficulté sur son statut de pasteur, La folie de Blutch énerve les sudistes mais ne cause pas de péripéties à notre duo,  Arabesque va provoquer un pétage de plomb de Blutch...)


Le personnage de Blutch ne me choque pas sur son dessin , je pense, à l'instar de Fred que le trait accentue son état. C'est pour ma part un parti prit dommageable car dans "En avant l'amnésique" il n'y avait pas besoin d'artifice pour illustrer l'état de Blutch.

Blutch s'adresse au lecteur sur une case et je trouve ce clin d’œil très sympa !

Que vient faire Cancrelat ici ? Le personnage est mal exploité ! Il va vite s'effacer alors qu'il aurait pu vraiment contre carré les plans !

Avant les faits historiques étaient une anecdote ( marqué d'un *  avec une note : "authentique") maintenant c'est la trame de l'histoire. cela ne me dérange pas ! Peu être que ce défi intellectuel bloque les possibilité d humour dans le scénario.

5/10 pour ma part !

Hors ligne

#13 2016-02-05 21:50:09

Fred
Administrateur

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

Merci pour ton avis Fuf, qui a le mérite d'être franc.

Chacun étant libre de donner son avis, d'aimer ou pas, mais dans une sens ou dans l'autre, merci d'expliquer le pourquoi de la chose comme cela vient d'être fait.

Et vous qu'en avez-vous pensez ?

Hors ligne

#14 2016-02-20 00:24:12

Higgins
Colonel

Re : Le tome 59 : Les quatre évangélistes

A mon tour de donner mon avis; j'ai acheté l'album il y a quelque temps et ne l'ai lu que le weekend dernier, pour garder le plaisir plus longtemps car l'idée de la lecture à venir fait déjà partie du plaisir de la lecture! Et quand le livre est lu, le plaisir est fini, donc je n'étais pas pressé de lire.
tout d'abord, je dois dire que j'ai beaucoup rit en lisant cet album, qui a quelques passages très drôles.
Etant fan de Chesterfield, j'ai été ravi qu'il retrouve dans cette aventure un vrai rôle de chef avec des bonnes idées.
L'histoire m'a intéressé, le côté historique, avec ces 4 canons originaux, très bien. Les péripéties de nos héros m'ont vraiment surpris: le scénario, à mon avis, n'est pas allé dans la direction où l'on s'attendait à la voir aller; comme Bronco l'a écrit plus haut, on s'attendait à plus de problèmes pour rencontrer Pendleton, et des soucis pour le Padre qui devait faire face à des situations où il aurait pu être percé. Eh bien non, rien ne se passe comme on pouvait s'y attendre, et je trouve ça mieux. Du coup, pas de redite de l'album "El Padre", ouf! Chesterield a bien préparé son coup, il a révisé ses évangiles avant de rencontrer le vrai pasteur. Il aurait pu aller plus loin dans son rôle mais crac, 2 grains de sel: Cancrelat et le pétage de plomb de Blutch. Comme dans la vraie vie, il y a des imprévus. Comme j'aime bien être surpris dans un livre, j'ai plutôt bien aimé cet album. Et j'attends comme toujours avec impatience le prochain, qui sera le soixantième déjà! Dupuis devrait fêter ça dignement!

Hors ligne

Contact - Conditions d'utilisation - Protection de la vie privée - Les Tuniques Bleues Par Lambil-Cauvin et salvérius-© Dupuis,.