#26 2016-04-26 18:50:22

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

Voilà le chapitre 12. Il est court, mais il clôt (en quelque sorte), l'histoire.

lulublue a écrit :

Chapitre 12
Quelques mois avaient passés et le Alamo ne désemplissait pas. Les voyageurs étaient très heureux de pouvoir louer des box à chevaux confortables pour s’offrir une pause sur la route, qui était bien plus fréquentée depuis que les nordistes l’avaient placé sous leur contrôle d’un bout à l’autre, et que les rebelles avaient été chassés bien loin.

Blutch passa la tête à la fenêtre et constata que son saloon était presque complet ce midi-là… Mais il avait tellement hâte d’aller embêter Chesterfield !

Il galopa en avant pour rattraper la troupe et la dépassa. Il chevaucha tout près d’Horace, qui tourna la tête vers lui.
« Major… si je vous promets de rejoindre le campement avant la nuit tombée, puis-je faire une halte dans ce village ? J’y possède un bar et j’aimerais constater s’il est bien tenu par les gérants. »

Le haut gradé haussa les épaules, montrant qu’il n’y voyait pas d’inconvénient. Alexander se tourna vers le caporal et lui donna son autorisation.
« Permission de l’accompagner, mon général ? » Demanda Stephen Stilman. « Je meurt de soif.
-Allez-y. Caporal, veillez tout de même à ce qu’il ne boive pas trop de pétillant, on se souvient des dégâts de l’autre fois… » Le capitaine grimaça. « Oh, un seul verre me suffira. »

Les deux soldats se détachèrent de la troupe pour revenir sur leurs pas. Ils attachèrent la bride de leurs chevaux devant le Alamo et entrèrent dans le saloon, ou ils s’attablèrent directement au bar.
« Bonjour, madame Chesterfield. Un verre de lait frais pour moi et une limonade pour le capitaine, s’il vous plait.
-Avec une paille. Attendez… Chesterfield ? »

La vieille dame qui servait au comptoir se tourna vers lui. « Nous n’avons malheureusement plus de paille, capitaine.
-Ce n’est pas grave, mais… » Mais il fut coupé par le cri de surprise de la serveuse.
« Oooooh, mais c’est Blutch, comme si je m’y attendais ! » s’exclama-t-elle en détaillant le caporal. « Vous êtes de passage ?
-Malheureusement oui, nous devons repartir assez rapidement.
-Le général Grant a demandé des renforts. Il parait qu’il a su coincer Lee du côté de la gare d’Appomattox…
-Coincer Lee ? Cela ne durera plus très longtemps, alors… » Elle soupira. « Tant mieux. Ah, mais attendez, je vais appeler Cornélius… CORNÉLIUS ! »

Le grand rouquin émergea de la cuisine, un couteau affûté à la main.
« Oui M’an ?
-Regarde qui vient nous rendre visite ! »
Stilman regarda le couteau, puis l’ancien sergent, et enfin Blutch. Cette situation l’inquiétait, connaissant les deux asticots… Qui tombèrent dans les bras l’un de l’autre, à son plus grand étonnement. Au même instant, un verre de soda apparu devant lui sans qu’il s’en aperçoive.

-------------------

Un peu plus tard dans l’après-midi, Stilman détachait son cheval et s’apprêtait à rejoindre la troupe. Il préférait néanmoins attendre Blutch, qui restait désespérément accroché au comptoir (il n’avait pourtant bu que du lait…)

« Je n’ai pas vraiment envie d’y retourner… » Se plaignait-il.
« Le contraire aurait été étonnant.
-Oh, ça va vous, ça fait des mois que vous êtes loin de tout ça ! Mais je n’ai pu dresser aucun cheval comme Arabesque, je suis bien obligé de charger… » Il avait passé une petite heure à galoper avec sa jument, et il maudissait le sort de devoir s’en séparer à nouveau.

« De toute manière, rassurez-vous, si Stilman dit vrais, c’est bientôt fini. Et en plus, vous retrouverez votre bar géré d’une main de maitre…
-Oui, sympa l’idée des box, d’ailleurs…
-Merci. »
Le caporal acheva son verre et le reposa sur la table, mais ne le relâcha pas. Il était soulagé au moins d’une chose : s’ils avaient parlé de la guerre toute l’après midi, Chesterfield n’avait pas semblé paniqué en l'évoquant. Était-il enfin apaisé ?
« Je crois que le capitaine m’attends.
-Et il à bien raison, vous êtes à deux doigts de déserter. » Plaisanta l’ancien sergent. Son caporal lui lança un regard noir, puis soupira.
« Bon, eh bien, à dans quelques jours, Cornélius. » Et il tourna les talons et se dirigea vers les portes à double-battants.

« Attends un peu ! »
Cette fois-ci, il l’entendit et il se retourna.
« Fais attention. » Un sourire éclaira le visage de Blutch.
« Évidemment ! Ce n’est pas après avoir survécu quatre ans de cette fichue guerre que les Reb’s m’auront ! » Lui faisant signe de la main, il passa la porte qui se referma en oscillant derrière lui. Par la fenêtre, Chesterfield le vit enfourcher sa monture et partir à la suite de Stilman en direction du sud.

Voilà, c'est fini... Alors, qu'en avez-vous pensé ? J'espère que vous n'êtes pas en train de préparer le goudron et les plumes parce que la fin était trop ouverte...
Bon, par précaution, je vais quand même m'en aller discrètement, hein.

Hors ligne

#27 2016-04-27 22:32:23

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

Merciiii! Oui, ouverte, mais au moins vous pouvez imaginer ce que vous voulez. Je n'étais pas du tout satisfaite par la fin que j'ai imaginé en premier, trop mièvre (à grand renfort de "Et Arabesque eu pleins de petits poulains" tu vois le genre), pas du tout dans le ton du texte que j'avais écris jusqu'alors.

J'avais imaginé cette fin pour éloigner la fin ultra-glauque qui me semblait évidente jusqu'à ce que je me rappelle qu'on ne tuait pas les héros de BD. Donc je vous laisse à votre imagination.

Peut-être que Blutch a fini par reprendre son bar et que Chesterfield a investit ce qu'il avait gagné dans un élevage de chevaux un peu plus loin sur la route. Je ne sais pas. Il a peut-être même épouser Amélie, qui sait (ou alors elle est partie avec Plume d'Argent pour faire bisquer son père). Stilman a fini par soigner son addiction à la limonade et se contente de tisanes. Stark c'est peut-être pris un mauvais coup à Appomattox, c'est remis à la couture et c'est installer avec le facteur (roooh!). Et Arabesque a eu des poulains. L'avantage de cette série c'est qu'ils sont bloqué dans cet éternelle guerre et que rien ne change, jamais. C'est un poil frustrant, mais ça laisse l'esprit vagabonder...

Aaah, Stilman et la limonade... promis j'essaye d'écrire un drabble d'ici le weekend sur cet incident. À vrais dire je voulais le placer dans une future fic, que j'ai commencer à écrire... mais comme la dernière fois, c'était sensé être des gags, et a la fin du premier chapitre, Stilman était sourd, Horace à moitié mort et Alexander tombé aux mains des confédérés. Nos deux héros n'avaient pas pointé leur bout de leurs nez, j'ai décidé de les épargner et de reprendre se texte quand j'aurais vraiment des gags en réserve.

Hors ligne

#28 2016-04-27 23:03:37

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

J'ai oublié un truc à propos de Stilman. Comme toi, j'ai beaucoup d'affection pour lui.
Quand j'étais petite, il y avait un humoriste belge que j'adulais (il était pourtant d'un certain âge déjà) et j'écoutais ses sketch sur 45 tours sur la vieille platine de mes parents. Tous les samedi soir, il y avait aussi une vieille dame qui passait à la télé dans une émission super drôle et qui s'appelait madame Gertrude, et je rêvais qu'elle soit mon arrière-grand-mêre. J'ai mis quelques années à saisir que Stéphane Steeman et Madame Gertrude étaient la même personne.

L'année passée, il est décédé. Une large part de son élégie funèbre était dédié à son art, à son humour, à son amour de la bande-dessinée (l'un des plus grands tintinophile au passage...). Et, tout petit dans un article, à peine murmuré à la télévision, il était évoqué que ses amis Lambil et Cauvin lui avaient rendu hommage en créant un personnage à son image. Et c'est vrais. Stephen Stilman est l'image même de Stéphane Steeman jeune, tel qu'il était sur les pochettes de 45 tours.

J'avais perdu un dieu de mon enfance, une sorte d'ami lointain. Mais, par chance, il me suffisait juste d'allumer ma (nouvelle) platine ou d'ouvrir un album des Tuniques Bleues pour le retrouver, un peu...

Hors ligne

#29 2016-04-29 18:53:41

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

Du coup j'ai réussi à plus ou moins l'introduire dans "Une peur bleue". Cela prend place durant le chapitre 11.
Tu peux bien sûr, si tu as une idée de la question, tu peux écrire une autre raison pour laquelle Alexander ne veut vraiment pas que Stilman boive à nouveau une dose exagérée de pétillant big_smile je suis curieuse!

lulublue a écrit :

Le général était troublé. Ce n’était pas à cause de la lettre qu’il écrivait à l’ex-sergent, au contraire, ça le soulageait. Ce qui le troublait, c’était le hoquet du capitaine Stilman qui ne semblait pas vouloir en finir.

« Je pense que vous avez bu trop de limonade cette après-midi. » Chuchota Horace.
« C’est le… hic… le stress. J’ai cru qu’il n’accepterait jamais –hips– de réformer Chesterfield. »

Excédé, Alexander reposa son stylo-plume. « Si vous ne quittez pas le quartier général jusqu’à ce que vous vous soyez débarrassé de ce hoquet, je signe votre réformation.
-Huc ? »

Hors ligne

#30 2016-04-29 19:09:39

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

C'est normal, courage pour tes examens!!!

Hors ligne

#31 2016-05-11 23:28:25

la_mascotte
Lieutenant

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

Salut lulublue!

Je viens de lire ton histoire d'une traite et je l'ai trouvée formidable. Elle mériterait largement d'être mise en image malgré la violence de certaines scènes (mais cette violence semble nécessaire pour comprendre le mal qui ronge Cornélius). Si un jour la série devait s'arrêter, ce serait une conclusion parfaite aux aventures de Chasterfield et Blutch (pourquoi pas un double tome). Tout y est: le suspense, l'humour, l'aventure, l'émotion... C'est bête à dire mais cette histoire est bien meilleure que certains tome récents de la série. Bravo!

Hors ligne

#32 2016-05-12 10:56:20

lulublue
Colonel

Re : Une peur bleue [fanfiction by lulublue]

Un grand merci, la mascotte! J'en rougis.

Hors ligne

Contact - Conditions d'utilisation - Protection de la vie privée - Les Tuniques Bleues Par Lambil-Cauvin et salvérius-© Dupuis,.